Requin Roll No.2, page 16


TRIVIA: L’image 3 est la seule que j’ai dessinée expressément pour la page, au lieu d’utiliser des dessins recyclés comme les autres visages.  C’est qu’il y a une anecdote peu banale au sujet de cette demoiselle, et la voici: 

À l’automne de 1993, j’habitais à Verdun, dans Montréal. Ayant beaucoup de temps libre et un grand désir de me faire voir le plus possible, j’ai répondu à une petite annonce dans le journal Voir et j’ai joint un groupe d’impro qui se rencontrait justement à Verdun, à quelques rues de chez moi. Le premier soir, nous sommes une douzaine, dont cette superbe demoiselle qui se présente ainsi:

« Bonsoir.  Mon nom se prononce Chanel mais s’écrit Cha-NA-el.  Je viens d’Europe et je suis chanteuse.  J’ai collaboré entre autres avec Dalida, avant d’avoir mes propres albums, produits par son frère Orlando.  J’en ai eu deux: Avis de Recherche paru en ’87 et le plus récent Comme Quand l’Amour en ’89.  Celui-là a été co-écrit par Nicolas Skorsky, qui a également écrit et produit pour Claude François et Donna Summer.  Il a aussi créé le groupe Santa Esmeralda et produit leur chanson Don’t Let Me Be Misunderstood.«   

Tandis qu’elle nous raconte tout ça, les autres participants et moi échangeons des regards interrogateurs.  Il faut dire que la majorité d’entre nous sommes étudiants, chômeurs, BS ou bien occupant un emploi de commis d’épicerie au IGA ou de caissière au Dunkin Donuts.  Alors les histoires de vedettariat de cette « haïtienne à l’accent français », comme je l’ai surnommée après son départ, nous semblent quelque peu exagérées.  J’veux dire, si elle avait une telle carrière en Europe, qu’est-ce qu’elle était donc venue foutre à Montréal, et en particulier à Verdun?  Nous ne le saurons jamais car elle n’est plus jamais revenue aux réunions.  Nous avons donc classé son histoire comme autant de fabulations, car en cette ère pré-internet qu’était 1993, il était assez difficile de vérifier ses dires.

Eh bien, tel que je l’ai écrit dans la BD, imaginez ma surprise lorsque j’ai trouvé son album complètement par hasard quelques mois plus tard dans une boutique de disques usagés.

Je développerai par la suite une théorie afin d’expliquer sa présence à Verdun: Son dernier album datant de quatre ans plus tôt, à la fin des années 80, elle n’a pas su se renouveler pour aller avec le style des années 90.  Sa carrière battant de l’aile en Europe, elle est donc venue au Québec, à Montréal, histoire de voir si elle pourrait se rebâtir une carrière ici grâce à son CV (D’où sa tendance à faire tout ce name dropping.)   Elle a lu les annonces de Voir qui est un journal culturel, y a vu l’audition pour le groupe d’impro, et est venue.   En voyant que nous étions majoritairement des péquenauds qui ne pouvions rien pour en (re)faire une star, elle nous a planté là pour continuer ses recherches.  Et puisque l’on n’en a plus jamais entendu parler par la suite, je suppose que ça a également foiré ici.  Évidemment, ce n’est qu’une théorie qui ne se base sur rien de concret, mais ça me semble être l’hypothèse la plus probable.

Cette anecdote était assez récente en janvier 1995, lorsque j’ai fait Requin Roll No.2, pour me donner envie de l’y faire apparaitre.  Et même mes recherches Internet à son sujet aujourd’hui, en novembre 2014, n’ont pas donné grand chose.  Par contre, j’ai vu que Don’t Let Me Be Misunderstood a été rééditée en 2003, soit dix ans après cette anecdote, dans l’album de la trame sonore Kill Bill vol.1

Ah, et j’ai aussi découvert que Nicolas Skorsky est mort, apparemment assassiné il y a presque un mois au moment où j’écris ces lignes.

Advertisements

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Requin Roll. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Requin Roll No.2, page 16

  1. M-L dit :

    J’ai rencontré cette femme, mais c’est assez rocambolesque comme histoire. Aux alentours de 2005-2006 à Montréal. Pas elle nécessairement, mais la situation dans laquelle je me trouvais a inspiré quelques chansons de mon côté…

    Aimé par 1 personne

    • Steve Requin dit :

      Elle n’a pas beaucoup de présence sur internet. Ou alors si, mais sous son vrai nom / nom complet, que je ne connais pas.

      Aimé par 1 personne

      • M-L dit :

        C’est fort probable qu’elle ne soit pas trop trop sur Internet… En tous cas… je préfère ne pas trop donner de détails en commentaires publics, mais malheureusement, elle ne ressemblait plus à la femme enjouée du vidéoclip quand je l’ai connue.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s