Une semaine et demie de Konar (7)

Les trois strips qui suivent forment une page. J’espérais qu’elle soit publiée dans Safarir, mais ce format fut refusé.




L’argent que Konar a fait en restauration fait référence à une aventure de 4 pages dont seule la première fut faite en 1997 ou 1998. Je comptais la réécrire en mieux (Traduction: Enlever les gags de goût douteux) et la redessiner.

L’idée derrière cette page était de montrer comment un connard comme Konar arrive tout de même à être indépendant financièrement.  La dernière image introduit visuellement les propriétaires de la bâtisse où il loge et a son commerce, soit Mme Léonida (Pas de S à la fin, donc prénom féminin) et son mari Adjutor.

Le strip suivant, par contre, fut publié.

Et ce fut là la dernière apparition konardesque dans les pages de Safarir.  C’est qu’à ce moment-là, j’ai décidé de réorienter ma carrière.  Traduction: Abandonner la BD pour faire de la job de bras.  Sans pour autant dire que je traversais une crise existentielle, ça faisait 20 ans que je publiais de la BD de façon professionnelle (Soit depuis Wow! en juin 1988) et j’en avais un peu marre de cette vie: 

  • Courir après les clients. 
  • Courir après les contrats.
  • Courir après l’argent que les clients te doivent parce qu’ils n’honorent pas le contrat. 
  • Se faire offrir sans cesse de travailler gratuitement car ça va te faire connaitre car ça va te faire de la pub gratis.
  • Se faire demander d’accepter une X-ième diminution de salaire car le magazine ne se vend plus aussi bien qu’avant.
  • Répéter ad nauseam pendant vingt ans. 

Ras le bol!  Au moins, un travail à temps plein apporte un revenu stable. Voilà pourquoi j’ai passé les années suivantes à travailler dans un garage de bus, avant de devenir concierge résident.  Mais bon, malgré l’argent, l’appel de l’art a fini par être le plus fort et me ramener sur le droit(?) chemin depuis avril dernier.

Ceci dit, bien que j’ai suspendu la série, je n’ai jamais abandonné Konar, ni officiellement ni dans ma tête.  J’ai plusieurs nouveaux strips de planifiés et il ne serait pas étonnant que je m’y remette d’ici quelques semaines.

DEMAIN: Konar, les origines.

 

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Konar, Safarir, Série. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s