Collège Artiztech 1

En hommage aux commerces qui commencent déjà à être laxatifs avec leurs « Grande Vente de la Rentrée », je vous donne: COLLÈGE ARTIZTECH, l’épisode de la rentrée.

FICHE DE PERSONNAGE: Ayant fait fortune dans les années 80 en tant que chanteur populaire, Richard Dicaire eut envie d’aider les jeunes artistes amateurs à faire connaître leurs talents.  Voilà pourquoi il a fondé le Collège Artiztech, une école qui se spécialise dans tous les domaines des arts.  Directeur du collège, il est surnommé Le Dic par les étudiant.  Comme on peut le voir au premier coup d’oeil, Richard n’a pas l’air de s’être rendu compte que la mode a évoluée depuis qu’il était adolescent.  Voilà pourquoi il porte encore le même style de vêtements et de coiffure que dans les années 80, en croyant toujours que ça lui donne l’air jeune et branché.

Richard a également une forte libido qui le pousse encore et toujours à tester ses charmes chez tout ce qui bouge, est jeune et féminin, en particulier les étudiantes.  Il est l’archétype du playboy qui vieillit mal.

COLLÈGE ARTIZTECH, l’histoire.  Au début de l’année 2002, la montée de la popularité de l’internet combinée avec celle du manga en tant que style de dessin, fit exploser le phénomène du webcomic avec des séries populaires maintenant disparues comme Mac Hall, Chugworth Academy, Sexy Losers (de qui on doit le mot FAP comme onomatopée de masturbation), et quelques autres qui existent encore aujourd’hui comme Something Positive, Penny Arcade, et Sinfest.  Considérant que telle serait la voie de l’avenir dans la BD, j’ai créé le premier webcomic québécois avec Collège Artiztech.  Sans pour autant prétendre que la série se qualifie en tant que manga, le style graphique de plusieurs personnages empruntent, a différents degrés, à l’école japonaise de la BD.

Originalement installé sur la plateforme Geocities, Collège Artiztech avait la mauvaise habitude de planter pendant une heure dès que le transfert d’information dépassait un certain nombre de kb, ce qui arrivait assez rapidement puisqu’un webcomic est évidemment composé d’images.  Quelques mois plus tard, il fut transféré sur la plateforme Drunk Duck (Aujourd’hui The Duck) créée expressément pour accueillir les webcomics.  Hélas, à l’époque, aucun comic non-anglophone n’y avait droit.  J’ai donc inversé le titre pour en faire Artiztech College et j’ai traduit la série en anglais, langue dans laquelle j’ai continué de faire la série à raison d’un strip par semaine tout le long de l’année 2002, jusqu’en février 2003.  En janvier 2004, histoire de m’encourager à reprendre la série, je retraduisis mes strips en français dans un projet de série de fanzine.

Bien que j’avais déjà assez de matériel pour en faire un second, ce fut le seul qui fut publié.  À ce moment-là, j’avais quelque peu perdu la passion de l’auto-publication.  J’étais aussi occupé avec ma vie de famille, mon travail à Safarir et à mon autre webcomic, The Eight, qui devint rapidement plus populaire qu’Artiztech.

À l’origine, le nom du collège devait être Artistech, mot-valise de Artiste et Technique.  Or, une recherche sur Google m’a montré que le nom existait déjà et appartenait à une compagnie de solutions informatiques.  Puisque je tenais à ce nom, j’ai juste remplacé le S par un Z.

Demain: La suite.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Collège Artiztech, Série. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Collège Artiztech 1

  1. Ping : Foutre sa vie en l’air | Requin Roll

  2. Ping : Pas net! | Requin Roll

  3. Ping : Coup de soleil | Requin Roll

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s