Collège Artiztech 8

Détails techniques.  L’idée de ce strip m’est venue alors que je regardais le film Blair Witch 2: Book of Shadows, dans la scène où une wicca s’adonne à un tel rituel.  Je trouvais ironique que, trois décennies après avoir rejeté le catholicisme parce qu’ils trouvaient le concept stupide, les jeunes s’adonnaient maintenant à de telles pratiques dont le côté ridicule n’avait rien à envier à celles de la religion qu’ils dénigraient.

La plateforme de page web Geocities n’aimait pas la nudité, même une aussi peu excitante que celle-là.  Aussi, puisque ça n’enlevait rien au gag, j’ai censuré la dernière image.

À l’époque, il était courant que les auteurs de webcomics suggèrent que leurs lecteurs leurs fassent des dons sur une base volontaire.  Ils se créaient alors un bouton Paypal via lequel les gens pouvaient leur verser de l’argent.  Aussi, juste pour rire, j’ai créé ce bouton Anti-Paypal.  Avec sa personnalité méprisante, Lilith était parfaite pour l’illustrer.

Ça a bien fait rire quelques lecteurs.  Par contre, certains autres auteurs de webcomics n’étaient pas amusés du tout que, par ce petit dessin, je contribue à la mentalité comme quoi les bédéistes devraient plutôt se trouver un vrai travail s’ils veulent de l’argent.  À l’époque, dans mon cas personnel, j’étais largement payé par mon boulot de scénariste à Safarir et mes différents contrats d’illustrations et de figurations.  Je pouvais donc me permettre de négliger la possibilité de faire de l’argent en ligne.  Mais voilà, certains auteurs de webcomics produisent leurs séries sur une base régulière et ne vivent que des dons de leurs lecteurs.  Par exemple, R.K. Milholland auteur de  Something Positive et Jeph Jacques de Questionnable Content, pour ne nommer que ceux-là, gagnent leurs vies de cette façon depuis 2004.  Alors même si le but premier de mon anti-Paypal était juste de faire un gag qui se démarque par son originalité, il reste que mon image était à-même d’influencer les lecteurs à diminuer, voire cesser leur apport financier aux auteurs de webcomics.  De la part d’un critique ou d’un lecteur, passe encore.  Mais de quelqu’un qui est lui-même auteur de webcomic, c’est plus difficile à ignorer et à tolérer.  Je n’avais juste pas encore compris qu’à partir du moment où on choisit d’évoluer dans un milieu, on ne peux plus se permettre de se moquer et/ou de critiquer ce même milieu et s’attendre ensuite à ce que celui-ci nous apprécie et nous supporte.

Advertisements

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Collège Artiztech, Série. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s